Zalthabar s’inspire de Saint Exupéry (Partie 1)

 In Sources Zalthabar

La Zalthabar ne sort pas de nulle part. C’est le fruit de l’imagination et c’est aussi l’inspiration de ceux qui « sont fabriqués pareils que nous ». En voici certains, les plus importants.

Nous espérons que vous serez un peu surpris. Rien qui vient du « business ». Pas de benchmark mais de la littérature, de la philosophie, de la peinture, du cinéma,…

 

En tout premier vient Saint-Exupéry. Le livre le plus vendu au monde après la Bible, c’est le Petit Prince, ce n’est pas par hasard. Pour faire court sur le Petit Prince (je ferai un livre quand je serai très vieux), il s’adresse à l’âme d’enfant qui reste en chacun de nous.

  • Avec l’aviateur, nous faisons le deuil de notre enfance pour passer à l’âge adulte. Il ne reste que l’âme d’enfant qui permet de dessiner cette merveilleuse caisse à mouton. C’est à la fois un cadre et une porte ouverte à autoriser son imagination galoper. En devenant adulte, nous perdons en innocence et en interrogation permanente sur le pourquoi ? pourquoi ? Pourquoi ? Par contre nous gagnons plus de présence terrestre et plus de puissance. L’aviateur possède un avion, cette puissante machine.  A la Zalthabar, nous nous adressons à l’âme d’enfant de chacun, cet âge où l’on s’autorise à s’ouvrir à toutes les curiosités. L’aviateur, nous gardons ton avion jaune.
  • Avec le renard et son apprivoisement, nous apprenons ce que c’est de tisser des liens. C’est un processus de rapprochement physique, de rituels, de patiente progression quotidienne. C’est la mise en scène de tout cela qui rend l’autre unique. Parce que la rencontre préparée et attendue crée un emballement du cœur. L’essentiel est invisible pour les yeux, c’est le lien que l’on a réussi à créer. La mise en scène de la Zalthabar, c’est notre moyen pour que se crée des liens entre ceux qui viennent. Au delà du travail visible, c’est l’essentiel que nous essayons de créer. S’apprivoiser.
  • Le Petit Prince, c’est aussi une histoire d’animaux, l’éléphant, le mouton, le renard et le serpent. Les animaux ne sont en fait chacun qu’une qualité humaine exacerbée : la force, la docilité, la ruse,…C’est comme dans les fables. C’est l’univers de la Zalthabar.
  • Le Petit Prince c’est aussi nous autres les adultes et nos désirs vains comme celui de l’homme d’affaires. J’ai une tendresse toute particulière pour le Roi, à la fois si désespéré et si raisonnable. Notre château, notre royaume…
  • De ce livre est né la Zalthabar. Merci Saint-Ex ! Nous allons bâtir un empire où tout n’est que ferveur (Citadelle) !
Recent Posts

Leave a Comment

0